Warpaint – Warpaint

692dfcaa

Les quatre demoiselles de Warpaint commencent l’année 2014 en beauté. Trois ans après « The Fool » leur deuxième album éponyme arrive, toujours sur le label Rough Trade. Les californiennes se doivent de répondre au succès de leur précédent opus et, on ne va pas vous le cacher plus longtemps, elles ont réussi. Embarquons dans leur navire et laissons nous porter par les courants.

Relaxant et très obscur

On ne va pas chipoter longtemps. Cet album est vraiment magnifique. Le groupe nous déconnecte du monde réel et nous enveloppe dans un cocon bien confortable. L’intro est une très belle entrée en matière. On sent déjà que l’on va toucher la grâce pendant environ 50 minutes d’écoute. Les voix fantomatiques d’Emily Kokal et Theresa Wayman sont présentes tout au long de l’album, ce qui donne un petit côté sombre et inquiétant à certains titres comme « Keep It Healthy », « Love Is To Die », « Drive » ou encore « CC ». Tout l’album est assez aérien et onirique, pourtant la batterie nous ramène souvent sur terre avec son ton sec et autoritaire. Revenons au titre « Love Is To Die ». Ce morceau est extrêmement bien réussi. Une vraie maîtrise des émotions et de la structure d’un morceau. Les choeurs vous donneront des frissons.

Une atmoshphère travaillée

Le quatuor propose une ambiance assez sombre et nébuleuse. Le tout appuyé par des textes touchants abordant les thèmes de la séparation, du lacher prise et de l’immaginaire. Les musiciennes n’ont rien à envier à Cat Power, Teri Gender Bender (Le Butcherettes, Bosnian Rainbows) ou Karen O (Yeah Yeah Yeahs), elles sont largement à la hauteur et proposent un album frais. On ressent même une influence Yorkienne sur les titres « Hi » et « Go In »(Thom Yorke pour ceux qui n’aurais pas compris). On comprend mieux cela quand on regarde le nom des producteurs: Nigel Godrich et Flood. Godrich est connu pour être le producteur attitré de Radiohead, il collabore également avec Yorke sur Atoms For Peace. Flood quant à lui est célèbre pour ses collaborations avec Trent Reznor sur Nine Inch Nails. Warpaint s’est donc entouré de producteurs compétents et créatifs.

Warpaint frappe fort en ce début d’année. Elles nous invitent dans un voyage tant mélancolique que délirant. Ce deuxième album est ce qu’aurait du être le dernier album d’Austra. Obscur, pop et mélodieux. Les californiennes ainsi que leurs deux producteurs stars ont su faire cohabiter tous les instruments à merveille. Le travail sur les voix est également remarquable.Vous l’aurez compris, cet album est indispensable en ce début d’année.

La Note: 

4

Laisser un commentaire