Ty Segall – Emotional Mugger

ty_segall_emotional_mugger_new_album_news_under_the_radar

L’électron libre du rock californien est de retour en solo, seulement quelques mois après la sortie du dernier album de son groupe Fuzz. La dernière apparition discographique solo de Ty Segall remontait à 2014, ce qui est une éternité pour tous ceux qui connaissent le rythme effréné que maintient le weirdkid de San Francisco. Il avait alors frappé fort avec Manipulator, qui est de loin son meilleur album. Difficile de reprendre du service après un tel exploit artistique, mais Ty Segall n’aime pas chômer. Il revient donc avec Emotional Mugger, un album plus dérangé et expérimental, sans oublié la petite teinte d’humour qui ne cesse de nous rappeler que la star du garage/rock est un mec comme les autres.

Un album plus décousu.

Emotional Mugger est beaucoup moins efficace que son prédécesseur. L’aspect garage, indissociable du personnage, est bien évidemment de la partie, mais cette fois-ci Ty Segall pousse le trip encore plus loin et n’hésite pas à expérimenter de nouvelles folies. Bien loin de l’avalanche de tubes qu’était Manipulator, le californien se lâche et prend tout le monde à contre-pied. L’artiste évolue et s’en fiche pas mal de ce que le public attend de lui, de quoi renforcer encore un peu plus la légende qui est en train de se créer autour de lui. Ty Segall garde son énergie et c’est le plus important. Toujours aussi audacieux et enthousiaste, il partage avec Emotional Mugger une autre vision de la musique garage, une vision plus étrange et décalée (preuve à l’appui avec le trailer de l’album ci dessous).

Ty Segall repousse les frontières encore un peu plus loin.

Il faut bien l’admettre, la première écoute de ce nouvel album est un poil décevante. Décevante car dépaysante, nous ne savons pas où nous sommes tombés, tout est bizarre : une sorte de Ty Segall dans une réalité alternative. La production est assez représentative de l’expérimentation que nous avons dans les oreilles. Une guitare par ci, un clavier par là, un larsen au fond, bref, ça va dans tous les sens. Difficile de garder un titre en mémoire dans tout ce bazar !

Bourdonnant et dissonant, Emotional Mugger est assez déconcertant. Impossible de savoir si c’est un bon album. Là n’est peut-être pas la question. Ty Segall brouille les pistes et continue de faire évoluer sa musique. Mine de rien, Emotional Mugger est certainement la meilleure chose à faire après l’immense succès critique de Manipulator. Ty Segall y affirme son univers tout en écrivant une nouvelle page de son roman garage et expérimental.

La Note:

3

2 pensées sur “Ty Segall – Emotional Mugger

  • 27 janvier 2016 à 20 h 42 min
    Permalink

    Album qui se découvre écoute après écoute. Ca reste du bon Ty Segall.

    Répondre
    • 27 janvier 2016 à 22 h 35 min
      Permalink

      L’album est sympa, mais je trouve qu’on a souvent tendance à mettre Ty Segall sur un piédestal. J’adore vraiment ce qu’il fait, mais bon, je suis un poil déçu par cet album.

      Répondre

Laisser un commentaire