Metz – II

metz-ii

WOOOOOOW ! Comment ne pas déborder d’énergie après l’écoute du deuxième album des canadiens de Metz. Trio formé de Alex Edkins à la guitare et au chant, Chris Slorach à la basse et Hayden Menzies à la batterie, Metz va décoller vos slips de vos petites fesses pour vous infliger la fessée du siècle. Le groupe est signé chez le légendaire label américain Sub Pop (Nirvana, Dinosaur Jr….) et ce n’est pas un hasard. Leur rock file à vive allure et modernise encore un peu plus la musique punk.

Metz donne des ailes. 

L’énergie déployée tout au long des dix morceaux est tout simplement incroyable, voire étouffante. Tous les morceaux sont directs et ne font pas de chichis. On pousse le volume au max, on fracasse sa batterie, on gueule un bon coup et on envoie tout ce qu’on a dans les tripes. Effectivement, tout est affaire de tripailles et de « balls » dans ce groupe. Même si les morceaux sont courts et pensés avec efficacité, on retiendra principalement la puissance sonore des riffs de guitares astucieux et du chant incarné avec acharnement. On retient également un côté un peu « looser énervé » qui fait toujours plaisir.

Faut être en forme. 

Je dois avouer que ce disque ne va pas être facile d’écoute si vous n’êtes pas d’humeur à tout casser dans votre chambre. L’intensité ne redescend jamais et le disque peut vite devenir rébarbatif au point que certains morceaux finissent par se ressembler. Pourtant, le groupe fait très bien le boulot et propose des morceaux calibrés pour votre walkman et votre skateboard. Il faut juste savoir à quoi s’attendre. N’allez pas croire que Metz est un groupe un peu bourrin qui ne sait faire que ça, sans réfléchir. Conscient du côté répétitif que peut avoir sa musique, le trio a l’intelligence de proposer un album court qui sonne très live. Car oui, c’est en live que se trouve le nerf de la guerre pour ce genre de groupe. La production reste tout de même très bonne et ce deuxième album va pas mal tourner dans vos oreilles quand vous aurez un petit coup de sang.

Malgré avoir pointé du doigt les quelques défauts et limites de l’album, ce disque est vraiment superbe. À mi-chemin entre Nirvana et les Cramps, les canadiens savent faire des morceaux tonitruants aux riffs aussi forts que le volume sonore proposé. Au final, les mecs de Metz sont un peu des loosers magnifiques qui, secrètement, démontent le garage de leurs mamans tous les week-end.

La Note: 

4

Laisser un commentaire