Howling – Sacred Ground

howling

Fin 2014, Ry Cuming  – aka RY X – avait mis tout le monde d’accord avec le premier album de The Acid. Ce n’est que très peu de temps après ce succès qu’il revient avec Howling, un tout nouveau groupe en collaboration avec Franck Wiedemann. Enregistré à Berlin (du moins c’est ce que les tags bandcamp suggèrent…)Sacred Grounds est une preuve de plus que RY X est un marchand de rêve à mi-chemin entre un vagabond et Thom Yorke.

Merveilleux

Ry Cuming: Like a hobo
Ry Cuming: Like a hobo

Sacred Ground est un très bel album. Associant mélancolie et musique électronique, ce disque est bouleversant. S’en dégagent des sensations très particulières, oscillant entre joie et tristesse. Le groupe prend le temps de développer ses morceaux, ce qui favorise ce climat si intime. On entre alors dans un dialogue calme, clair et posé. L’album n’est pas de ces disques brumeux et énigmatiques. Tout y semble pur et précis, ne laissant pas beaucoup de place au doute, favorisant la contemplation et le lâcher prise. La lumière qui se dégage du chant de RY X y est pour beaucoup. Au delà de ce chant saisissant, Sacred Ground propose également un univers électronique épuré et ingénieux. Le duo ne mise pas sur la surenchère en superposant les couches d’effets, ce qui n’est pas sans rappeler le dernier album de Thom Yorke. Il y a effectivement beaucoup de similitudes entre les deux artistes; mélodies mélancoliques, chant merveilleusement désespéré, musique électronique sobre et j’en passe… Howling utilise tout même plus de réverbérations dans ses morceaux, surtout au niveau du traitement de la voix. Cela ajoute un aspect aérien, rappelant que cet album est suspendu dans le temps. « Litmus » est d’ailleurs un morceau très représentatif de cet état de flottement. Le groupe sait laisser place au silence, ce qui permet une écoute particulièrement agréable et légère.

Ry Cuming se repose t-il sur ses lauriers ? 

L’album est vraiment très bon, mais il y a tout de même une ombre au tableau. Cela fait plusieurs années que RY X sort le même disque. Ses disques solo et celui de The Acid sont des projets très proches de Howling. On se demande alors si RY X est capable de proposer autre chose qu’une musique planante et introspective. Le style est certes très intéressant et il donne naissance à des merveilles tels que « Signs » ou « Zürich », mais pourra-t-on un jour écouter le musicien s’impliquer dans un autre genre musical ? L’australien ré-utilise également certains effets vocaux déjà entendus sur The Acid, ce qui amoindri l’effet de surprise. L’un dans l’autre, ces effets deviennent sa marque de fabrique, mais cela ne les empêchent pas de devenir un poil redondants.

Qu’on se comprenne bien, Sacred Ground est un super album. Inventif et épuré, il n’y a pas grand choses à redire. On espère simplement que Ry Cuming va finir par faire évoluer sa musique vers quelque chose de plus percutant. « Quartz » et « Short Line » sont pourtant des titres aux instrumentations et aux rythmes très techno, preuve que le musicien est capable de faire bouger les corps aussi bien que les âmes.

La Note: 

4

Une pensée sur “Howling – Sacred Ground

Laisser un commentaire