Future – Horizons

horizons

La bande du collectif Nøthing passe désormais au grand format. Après Maria False et Venera 4, c’est au tour du trio cold-wave de Future de proposer un long métrage. Faisant suite à deux Ep très prometteurs (Abyss et Stay Behind), Horizons garde la même recette que ses prédécesseurs: ambiance sombre et rétro, guitares totalement déchaînés ainsi que boites à rythmes flirtant avec les allures binaires de la new-wave. Avec l’album de Marble Arch et celui des Venera 4, Requiem Pour Un Twister signe encore un album de poids dans son écurie. Bravo a eux de faire vivre la musique alternative française, qui ne s’est jamais aussi bien portée. (Big-up également pour Marion Constentin qui a réalisé le magnifique artwork de Horizons).

Dark souls

Future est l’un des groupes les plus torturés de cette nouvelle vague cold-wave/shoegaze. Les atmosphères sont très bien travaillées grâce à d’aveuglantes nappes de guitares ainsi qu’à un chant ensorcelant. Chaque morceau de Horizons semble en effet être un sortilège tentant d’exorciser les peurs ainsi que les pensées tourmentées du quotidien. On est d’ailleurs pas surpris d’apprendre que le guitariste du groupe officie également chez les rennais de Dead. L’album est également mixé par un autre membre du groupe breton.

Ça s’écoute fort !

Un seul conseil: écoutez Horizons avec le volume au max. Vous  profiterez alors de toute la puissance ainsi que de toutes les nuances que propose le trio parisien. Evidemment les ORL ne vont pas vous conseiller un tel traitement et ils n’auront pas forcement tort. Certains morceaux se veulent néanmoins plus doux, comme le prouve le titre « Again ». Faisant surface en fin d’album, ce morceau est une preuve irréfutable que le groupe peut sortir des sentiers noise pour entrer dans une sphère appesantie par les synthétiseurs. Synthétiseurs qui tiennent d’ailleurs une place très importante dans la formation. Cet instrument offre des alternatives sonores intéressantes et enrichissantes pour la musique de Future. Cela permet de donner corps à de vraies bombes musicales à l’instar de « Horizons » et « Side Effects ».

Même si l’enveloppe sonore reste plus ou moins la même tout au long du disque, Future arrive à diversifier son style en mélangeant les rythmes hypnotiques aux synthés massifs, le tout accompagné par des guitares dissonantes. Du shoegaze à la sauce Soft Moon quoi… Les productions du genre ont tendance à se multiplier en ce moment, c’est qui est vraiment une bonne nouvelle. La scène est en belle forme et les albums sont bons. Danser sur des mélodies sombres n’à jamais été aussi cool !

La Note: 

4

Laisser un commentaire