Deftones – Gore

716-Qdz6VAL._SL1200_

Les albums de Deftones vieillissent comme du bon vin, ce sera probablement le cas de leur nouvel album: Gore. Quatre ans après l’excellent Koi No Yokan, le groupe californien continue d’évoluer vers des sentiers plus alternatifs et planants, tout en laissant les guitares s’exprimer. Cet album a bien évidemment un goût particulier car c’est le premier depuis la mort du bassiste historique du groupe (Chi Cheng), remplacé depuis Diamond Eyes par Sergio Vega. Le quintet de Sacramento garde pourtant la tête haute avec un huitième album d’une grande classe.

Un album qui s’apprivoise. 

Gore n’est pas le disque le plus efficace de Deftones. Moins jumpy qu’un Around The Fur, l’album prend son temps et ne livre pas toutes ses saveurs dès la première écoute. Une première écoute qui ne m’a pas personnellement convaincue. Les compositions sont en grande partie plus aériennes que le reste de la discographie du groupe, mis à part Saturday Night Wrist. Pourtant, dès la deuxième écoute, l’album se dévoile un peu plus et des morceaux comme « Hearts/Wire » et « Prayers/Triangles » impactent délicatement l’écoute. C’est ainsi que l’on commence à comprendre que cet album regorge de compositions d’une beauté toute particulière: touchante et rugueuse.

Chino’s Rules

Gore s’inspire énormément des projets parallèles de Chino Moreno (Chants/Composition). Particulièrement des aspects planants du groupe Palms. Moreno semble donc avoir la main mise sur les compositions du groupe, ne laissant pas trop de places aux autres musiciens. Du moins, c’est ce qu’évoque le guitariste Stephen Carpenter, en assumant ne pas aimer le rendu de ce huitième album. Peut-être qu’il a, lui aussi, besoin de temps pour apprécier tout ce que Gore a à nous offrir. Carpenter a d’ailleurs été épaulé d’une légende de la six cordes en la présence de Jerry Cantrell (Alice In Chains) sur le titre « Phantom Bride ». Une collaboration qui apporte énormément au morceau, qui s’embellit avec le talent soliste de Cantrell.

Gore est une belle réussite. L’album propose une palette assez large, allant du riff le plus gras (« Doomed User ») aux pistes plus atmosphériques (« (L)MIRL »« Hearts/Wire »). Suite logique de la discographie de Deftones, l’album allie toutes les facettes du groupe avec succès, le rendant dores et déjà incontournable !

La Note: 

2 pensées sur “Deftones – Gore

Laisser un commentaire